Le premier pas

Posted: 2nd March 2013 by desfel in Falsetto FR
Tags: , , ,
This entry is part 6 of 9 in the series Falsetto (FR)
Ça serait peut-être pour une prochaine fois!

Ça serait peut-être pour une prochaine fois!

Alors que je devenais de plus en plus occupé à cause de l’école, je n’ai pas pu aller voir Anna depuis son anniversaire. Par contre, elle a réussi à mettre ses mains sur un ordinateur portable, offert par un membre de sa famille et elle m’a proposé qu’on s’échange nos adresses Stype, un logiciel de messagerie instantané. Donc malgré que je n’aie pas pu la voir en personne, j’ai pu garder contact avec elle à travers l’internet.

Selon ce qu’elle m’a dit, elle n’a pas pu arrêter d’écouter en boucle la pièce que je lui ai jouée tellement qu’elle l’adorait. Ça m’a vraiment fait plaisir de savoir qu’elle aimait tant son cadeau. De plus, elle m’a aussi dit que l’infirmière qui s’occupait d’elle adorait la pièce autant qu’elle, ce qui me rendait encore plus heureux. J’ai réussi ma mission, celle d’où je voulais qu’elle garde le sourire malgré sa situation!

Une semaine et demie s’est écoulée depuis son anniversaire et selon elle, elle devrait pouvoir sortir de l’hôpital sous peu, dans trois ou quatre jours si je me rappelle bien. Ça tombe bien, j’aurais fini les examens et les projets d’ici là! Ça serait sympa d’aller prendre un peu de repos au café Seaside avec Anna et Antonio, à discuter de tout et de rien, à rire et à se débattre sur n’importe quoi… Comme toutes les fois où on était au café avant qu’elle ne tombe malade.

Cette idée de retrouver une atmosphère calme et paisible, remplie de joies et absent de soucis me remonta le moral et me motiva pour donner mon cent pour cent! Vivement que ce jour arrive très vite, pendant ce temps, je dois prendre la dernière journée qui me reste pour étudier!

~~~~~~~~~

Finalement, après toute cette confiance en soi, je ne crois pas que j’ai bien réussi mes épreuves… Je sortis de l’école avec un air abattu, seul, car Antonio et Steph avaient déjà prévu des activités après les examens. Quant à moi, je ne veux que rentrer chez moi et me reposer. Alors que je m’approchai de la sortie de l’école, une voix féminine s’adressa à moi :

« Pourquoi as-tu l’air si abattu? Si je me rappelle bien, tu m’as dit que tu avais des examens aujourd’hui non? »

Je relevai ma tête et j’aperçois une jeune fille qui m’attendait à la sortie, ses cheveux  longs flottaient dans les airs à cause du vent. C’était Anna, j’étais surpris de la voir ici. Si elle est ici, ça veut dire qu’elle peut finalement sortir de l’hôpital!

« J’ai moins bien performé que je ne le penserai… Ça va toi? Est-ce que c’est vraiment correct pour toi de te promener dehors? »

Elle me regarda avec un sourire et me répondit avec un ton moqueur :

« Tu penses vraiment que je vais rester toute ma vie dans l’hôpital? Bien sûr que je vais bien, je t’avais pourtant dit que je serais sorti aujourd’hui ou demain! »

Effectivement, elle a raison, j’étais tellement préoccupé par les examens que j’avais oublié ça. Je la rejoignis et on commença à marcher dans la direction du café Seaside. Je lui ai parlé de mes examens et je l’expliquai pourquoi je n’étais pas trop sûr de mes résultats.

La moitié des tests posaient des questions très sophistiquées et donc, demandaient une réponse avec des explications très élaborées pour soutenir nos arguments.

Anna essayait de me remonter le moral. Elle n’a pas trop réussi, mais en même temps, ça ne me dérangeait pas trop, je saurais si j’ai passé ou coulé mes exams dès que j’aurais mes résultats.

Étrangement, Anna ne voulait pas s’arrêtait au café aujourd’hui, elle voulait s’arrêter à un parc juste à côté. Je la suivis sans trop demander pourquoi. Elle s’assit sur un banc près d’une fontaine et me fit signe de faire pareil.

Après que je me suis assis, le silence régna et elle ne fit que regarder la fontaine d’eau. Rendu fin-février, la neige a fondu et il commence déjà à faire frais. Ça me rend heureux, car je n’ai plus à porter mes bottes d’hiver. C’est très encombrant de toujours changer de souliers rendus à l’école ou à la maison.

Attendant qu’Anna commence une conversation, je regardai mon entourage. Il n’y avait personne d’autre que nous, c’était vraiment silencieux. Les animaux et les oiseaux ne sont pas encore prêts à courir dehors comme nous…

Alors que j’observais le parc, Anna ouvrit finalement ses lèvres et commença à parler, comme prévu. Elle commença par me remercier une fois de plus pour son cadeau d’anniversaire et à me dire comment ça lui a permis de garder son sourire à l’hôpital.

Ensuite, elle prit une petite pause et m’expliqua ensuite que sa famille était venue la voir. Je ne sais pas pourquoi elle me dit ça, je le savais déjà, elle me l’avait dit quand elle avait reçu son ordinateur portable. Je lui fis la remarque, embarrassée, elle s’excusa. Je sens qu’elle est un peu bizarre en ce moment. Elle n’a pas pris plus longtemps que ça pour confirmer mes doutes :

« Tu sais… Ce n’est pas ma vraie famille… En fait, c’est mon oncle qui m’a adopté… » Me dit-elle avec une voix remplie de solitude.

Je ne savais pas quoi y répondre alors je gardai le silence. Comme si elle s’attendait à ça, elle continua à expliquer :

« Je ne sais pas trop qu’est-ce qu’il est arrivé à mes vrais parents, mais selon mon oncle… Ma mère est morte, comme tu l’as su au café quand tu m’avais défendu… »

Je hochai de la tête pour confirmer que je me rappelais encore de cette journée et de ce qu’elle avait dit. Quand le voyou lui avait fait une remarque sur sa mère, elle avait crié avec frustration et tristesse que sa mère n’était plus de ce monde…

« Pour  ce qui est de mon père… Il m’a… Abandonnée… Je ne sais pas où il est en ce moment… »

Le silence régna de nouveau dans le parc. Je ne vois vraiment pas pourquoi elle m’explique tout ça… Je me sens vraiment mal pour elle, mais les seuls mots qui sortaient de ma bouche fût une demande d’explications sur pourquoi elle m’en a parlée.

Elle m’a regardé avec un gros sourire et elle m’a tout simplement dit :

« Parce que je te fais confiance et que je voulais t’en parler tout simplement. »

J’étais vraiment étonné et ému par son honnêteté. Elle se leva doucement et essuya ses yeux. Je n’avais même pas remarqué qu’elle avait pleuré. Ça a dû être très dur pour elle d’en parler…

Elle s’est retournée et me proposa d’aller manger. Je me levai aussi et je lui fis signe que cela ne me dérangeait pas.

Elle a voulu manger dans un petit resto à côté d’une librairie parce qu’elle voulait s’acheter un bouquin après le repas. C’était un petit resto-café tout à fait normal. Il n’y avait pas beaucoup de personnes vu qu’on approchait la fin de journée.

Après avoir mangé notre repas, on s’est arrêté à la librairie qui n’était qu’à vingt pas du restaurant. Alors qu’elle cherchait son livre, je fis le tour des allées.  Malgré que le magasin était vraiment petit, il était vraiment bien organisé et je n’ai pas eu trop de mal à retrouver la section de musiques.

Alors que je regardais les partitions, Anna vint me rejoindre. Je lui ai demandé si elle avait trouvé ce qu’elle voulait, elle me montra son livre et fit signe que oui. Le livre était assez grand et épais et était intitulé « Craving Games ». Une histoire racontant des jeunes adolescents qui doivent s’affronter jusqu’à la mort. Elle dit que c’est vraiment bon et que je devrais le lire quand j’aurais le temps.

Fière de son achat, je la raccompagnai jusqu’à sa station et elle me remercia.  Elle resta immobile devant l’entrée de la station. Je lui demandai si tout allait bien, elle me dit oui et elle se retourna lentement :

« Félix… Tu sais… Je… Je… » Murmura-t-elle

Ne sachant pas ce qu’elle veut me dire et même de ce que je devais répondre, tout ce qui sortit de mes lèvres n’était que « Hum? »

« N-n-non, rien! Hehe! Ça serait peut-être pour une prochaine fois!!! » Cria-t-elle en rougissant et en courant vers l’entrée.

Juste avant de franchir la porte, elle se retourna et me dit avec un ton joyeux :

« La prochaine fois, je te présenterai mes sœurs! Elles seront ravies de te rencontrer après tout ce que j’ai raconté sur toi à l’hôpital!! »

J’ouvris grand mes yeux. Mais qu’a-t-elle dit à propos de moi à sa famille celle-là?! Décidément, ça ne serait pas du jour au lendemain qu’elle n’arrêterait pas de me taquiner…

Alors que je m’apprêtais à rentrer, mon cellulaire vibra pour m’indique que je viens de recevoir un SMS. Je sortis mon téléphone et je vis que le message venait de Chelsea.

« Ce n’est pas comme si je voulais t’en informer, mais je viens tout juste de revenir des États-Unis! J’espère que tu seras à l’école demain l’idiot! »

Je lâchai un soupire, elle manque toujours de tact celle-là. Chelsea est… En fait, c’est un peu dur à dire, elle est une amie et en même temps, une ennemie… On s’entend super bien, mais à la fois mal…

Bref… Je n’ai pas trop hâte de la voir. Je sens déjà les problèmes arriver demain…

 

Series Navigation<< Donner le sourire… Bon anniversaire! -- La princesse gâtée >>