Lettre d’un homme seul

Posted: 16th March 2013 by desfel in Uncategorized
Tags: , , , ,
Je ne savais pas à quel point mon cœur et mes lèvres désirent tellement à te dire comment tu me manques…

Je ne savais pas à quel point mon cœur et mes lèvres désirent tellement à te dire comment tu me manques…

J’écris cette lettre pendant que je me repose sur un arbre isolé au sommet d’une colline.
Être capable de voir un paysage si magnifique et respirer de l’air si pur
Me permet et m’aide à mettre de côté mes inquiétudes, mes ennuis et de rassembler mes pensées.
Par contre, je n’écris pas cette lettre pour parler de mes hauts et mes bas…
J’écris cette lettre pour parler d’une personne merveilleuse que j’ai laissée partir
Sans jamais avoir aperçu ce que j’ai manqué et ce que j’avais…
J’écris cette lettre pour parler de toi…

Je me rappelle toujours des jours où on courrait à travers la ville et les champs ensemble
Riant et souriant, le temps était avec nous à l’époque
J’aurai tout pris pour acquis, pensant que je serais capable de me contenter qu’avec seulement ça
On avait nos petites querelles à cause de nos plaisanteries et de nos taquineries habituelles
Mais on se pardonnerait toujours et on finissait par s’habituer
Aucune remarque ou blague ne nous blesserait, tout au moins, entre nous.

Mais un jour, j’ai appris des nouvelles sur ton départ
Des nouvelles que j’aurais dû savoir… Non… Des nouvelles que j’aurais dû m’en rappeler depuis le tout début…
J’aurais dû me rappeler que tu ne serais pas restée dans cette ville pour toujours
J’aurais dû me rappeler que tu quitterais cet endroit un jour
J’aurais dû me rappeler qu’il y avait une possibilité que l’on ne pourrait plus jamais se voir…
Même là, je ne faisais rien et je pensais toujours qu’avoir ce que je possédais déjà avec toi était plus qu’assez.

Mais ce n’était qu’une excuse, une excuse pour me protéger de la souffrance et de perdre ce que l’on avait déjà
Mais encore, si j’avais eu ce que j’avais tant souhaité avec toi, j’aurais trouvé mon trésor éternel
Pourtant, ce n’était toujours pas assez pour me convaincre à prendre un pas complet vers l’avant…
J’ai plutôt pris un pas qui n’amènerait aucun risque, un pas que j’ai pensé qui serait assez pour que tu réalises que j’essayais de m’approcher de toi…
Mais puisqu’ils étaient aussi légers que des plumes, mes pas n’ont fait aucun son et tu ne les as… sûrement… jamais remarqués et tu continuais à marcher de plus en plus vite…

Le jour de ton départ est arrivé si vite… Tu tenais doucement et faiblement ma main, mon cœur me faisait mal
Je savais que j’étais en train de perdre quelqu’un qui m’est si cher et je savais qu’une fois que tu aurais lâché ce qui nous liait en ce moment
Que je le regretterais, que je me haïrais, que je me réprimanderais, que je m’en voudrais…
Mais… je t’ai laissé lâcher ma main… Je voulais crier « Reviens !! » Mais je ne pouvais pas…

Une fois que j’ai levé ma tête, tu n’étais plus devant moi… Tu étais partie…
Je voulais finalement prendre un pas complet vers l’avant, mais une force qui était enchaînée à ma main m’a tiré en arrière
C’était elle… Une amie que je n’avais pas vu depuis longtemps, mais qui avec qui je gardais toujours contact…
Elle m’a ramené dans les champs et la ville… Lentement et tranquillement, j’ai retrouvé le bonheur dans cet endroit.

C’est… ce que je pensais… Non… Je n’ai jamais retrouvé le bonheur que j’avais avant que tu sois partie…
Il est vrai que je souriais et que j’étais content avec elle. J’étais « heureux », mais je ne l’étais pas…
Je ne l’étais pas… Jusqu’à ce moment, je ne savais pas à quel point tu avais fait un impact dans ma vie
Je ne savais pas à quel point tu étais important pour moi…

Mais le plus important… Je ne savais pas à quel point mon cœur et mes lèvres désirent tellement à te dire comment tu me manques…
Mes pensées n’arrêtent pas de répéter les phrases « Je veux te voir. Tu me manques. Je veux tellement te voir. Tu me manques tellement. »
Comme une triste mélodie éternelle, je n’ai jamais cessé de penser à toi…

Je ne pouvais pas cacher mes vrais sentiments pour toujours, je n’avais pas pu les cacher depuis le début non plus…
Elle le savait que tu avais déjà une place dans mon cœur, mais elle essayait quand même.
Ce que j’avais pensé être une prise chaleureuse et tendre sur mon cœur,
N’était qu’en fait, rien de plus qu’un soulagement temporaire qui deviendrait une griffe qui viendrait lacérer la surface de mon cœur
D’où mes sentiments pour toi resurgiraient à chaque fois…

Et c’est là que j’avais réalisé que ces sentiments étaient plus que le simple sentiment que tu me manquais, plus que le simple sentiment de vouloir de voir…
Ce sont les sentiments de vouloir être avec toi, d’être à tes côtés…
Malgré que j’aie réalisé mes sentiments pour toi, mon cœur me tourmente alors que je vais écrire ces trois mots…
Ces trois mots simple, mais puissant, reconnus pour être parmi les plus dures à dire…
C’est-à-dire… Je t’aime.

Ceci n’est qu’une lettre d’un homme seul, qui montre son amour pour une femme qu’il ne verra peut-être plus jamais…
À une femme qu’il souhaite revoir, la tenir dans ses bras et de ne plus la laisser partir…
Ceci n’est qu’une lettre du moi seul, attendant le jour où je te retrouverai
Pour que l’on puisse rire, sourire et être une fois de plus, ensemble…